ACTIONS SOLIDAIRES AU BURKINA FASO 

Historique du projet 

C’est en accompagnant en 1994, Michel Boccara, ethnologue, chercheur au CNRS, que nous avons rencontré Suzanne Ouedraogo, actuelle présidente de l’association de femmes de Sillaleba. Depuis nous l'avons aidée chaque année d’autant plus que Suzanne est devenue veuve. Suzanne, selon la tradition et les liens sociaux très forts en Afrique, a partagé ces dons réguliers avec les autres femmes du village et elles ont crée une association de femmes "Relwendé" : les femmes travaillent collectivement à diverses tâches afin d'avoir une caisse commune qui leur permet d'emprunter un peu d'argent. Pour se libérer du temps, les femmes nous ont demandé un moulin à mil.

 

2015 :

Notre association a obtenu des subventions du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine et de l'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) à Paris. Et grâce à notre correspondant sur place, Léon Sawadogo, le moulin a tourné pour la 1ère fois le 14 juillet 2015. Les femmes sont "ivres de joie et sont débordées de travail". Neuf femmes ont été formées à l'entretien quotidien de la machine et toutes les femmes ont reçu une formation de gestion.

Malgré quelques pannes, le moulin à mil fonctionne à plein régime. La caisse générée par le moulin se remplit. Les femmes peuvent donc emprunter de petites sommes remboursables en trois mois, et se lancer dans de nouveaux projets (vente de beignets, de dolo, savonnerie, élevage d'un cochon...).

2017/2018

Depuis leur formation en gestion, les femmes se sont rendues compte de l'handicap de l'illettrisme.

Nous avons demandé et reçu des aides auprès de l'OCDE, du Département d'Ille et Vilaine et de la Région Bretagne  pour mettre en place un module d'alphabétisation pour 35 femmes du village de Sillaleba.

La formation qui se déroule de 8 heures à 14 heures, 5 jours par semaine, a commencé le 18 février 2018 pour une durée de 4 mois. Elle permettra d'acquérir les bases d'orthographe et de calcul.

Prochain projet interculturel à visée écologique

Notre prochain projet est d'aider les jeunes du village à trouver un débouché pour pouvoir envisager un avenir sur place (45 pour cent de la population a moins de 14 ans).  Comme le Burkina est recouvert de sacs et bouteilles plastiques,  nous sommes en train de demander des devis pour des machines qui transforment le plastique en fibres et granules. A partir de ce plastique compacté, on peut créer des récipients, des nattes, des étagères...

Un fois le projet au Burkina lancé et afin d'être en cohérence avec la ligne de notre association « Ici et Ailleurs » (créer des liens, des ponts), nous aimerions emmener avec nous quelques jeunes d’Ille-et-Vilaine, en difficulté ou rupture scolaire, avec les encadrants nécessaires bien-sûr, pour travailler avec les jeunes du village. Cette expérience leur fera découvrir d'autres problématiques de vie et leur permettra, sûrement, de prendre du recul sur celles qu'ils peuvent, eux-mêmes, rencontrer en France.

Pour réaliser ce double projet, nous savons qu'il nous faut de la persévérance et de la patience, mais nous y arriverons ! 

Pour les actions internationales, association soutenue par le Département d'Ille et Vilaine, l'OCDE et la Région

Bretagne